En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites.

antalya escort gebze escort antalya escort ataşehir escort

Le phénomène français Sam Laidlow, vice-champion du monde Ironman 2022 à Hawaï

A l'issue d'une course époustouflante, le 8 octobre à Hawaï, le prodige français Sam Laidlow décroche la deuxième place des championnats du monde de triathlon Ironman, à 24 ans. Une première pour les Français dont la meilleure place à Kona était celle de Cyrille Viennot (5ème), record qui tenait depuis 2014.

Le Français qui a grandi dans les Pyrénées a été impressionnant tout au long de la course qu'il a dominée de la tête et des épaules. Jusqu'à ce que le norvégien Gustav Iden le dépasse à vive allure pour aller chercher la victoire et le meilleur marathon de tous les temps.

Sam Laidlow a été réellement impressionnant sur la course reine du triathlon Ironman, à Hawaï, ce samedi. Connu pour truster le début des courses avec son niveau natation et vélo, il l'a encore démontré au plus haut niveau mondial en améliorant la meilleure performance des 180 km de vélo en 4h04'36. Recordman également du temps cumulé natation et vélo.

Surtout, il a eu l'art et la manière en faisant sa course avec un flegme tout british, lui qui est né en Angleterre et dont la famille britanique s'est installée en France pour ses trois ans. Il a en effet pris le lead sur le vélo au km sans se soucier de ce qui se passait à l'arrière. Et n'a plus quitté la tête de course... Jusqu'à ce que le Norvégien Gustav Iden lui mette une tape dans le dos avant de le dépasser à l'issue d'un check, sur la fin du marathon.

Cette course de tous les records, avec Gustav Iden qui établit en 7h40'24 le meilleur temps des world championship Ironman et le meilleur marathon en 2h36'15. Il faut dire que les trois premiers, Iden, Laidlow (2h44'40) et l'autre norvégien Kristian Blummenfelt (2h39'21) améliorent le meilleur temps de l'histoire sur les 42,2 km de course à pied.

Un montagnard qui résiste bien à la vague norvégienne...

Le Pyrénéen Sam Laidlow connaît bien la montagne. Entraîné notamment dans le centre d'entraînement d'altitude de Font-Romeu, et avec la famille installée à Amélie-les-Bains, il a fait ses armes sur le Bearman. L'Ironman pyrénéen extrême, qu'il remporte à la maison pour ses 19 ans, cumule 4400 m de dénivelé positif et la partie course à pied en trail, plus de 2000 m de dénivelé positif. Mais il montre qu'il est également capable de gagner sur un profil plus classique, sur le Lakesman anglais, deux ans plus tard.

Lui fallait-il cette polyvalence sur des profils durs ou roulants, ce niveau en natation, pour pouvoir faire la course à l'avant avec les norvégiens, considérés au-dessus du lot ? Car, en sortant deuxième de l'eau, à Kona, et en prenant le leadership sur le vélo, il a montré qu'il avait les moyens et les arguments pour cette course dont l'une des difficultés majeures restait la chaleur et taux d'humidité.

Après sa huitième place en début d'année, sur les précédents championnats du monde réculés en 2022 à cause du Covid-19, Sam Laidlow a montré qu'il faudra désormais compter sur lui au plus haut niveau sur le triathlon longue distance. Sa polyvalence sur les différents profils de course pourrait bien être le secret de la réussite du tout jeune triathlète...

Le show tricolore

La deuxième place du Français Sam Laidlow ne doit pas faire oublier l'exceptionnel résultat des Français qui sont trois dans le top 10, et Denis Chevrot qui termine 14ème. Ralentis par des pénalités de drafting sur le vélo, les Français tirent bien leur épingle du jeu au final. Léon Chevalier (7ème) à l'issue d'un marathon en 2h49'28 et Clément Mignon (9ème) qui a bien résisté sur la partie course à pied avec ses 2h46 ont fait de très belles courses.

 

L'édition 2022 des championnats du monde Ironman resteront à n'en pas douter une année exceptionnel sur la performance des Français à Kona.

 

Lire aussi :

Les groupes d'âge aux championnats du monde Ironman 2022 à Kona